Accueil » Comment faire un bokeh en photographie ?

Comment faire un bokeh en photographie ?

Comment faire un bokeh en photographie ? C’est quelque chose qui est extrêmement recherché de manière générale sur les moteurs de recherche. Vous savez, ce fameux arrière-plan bien flouté qui va permettre de créer cette différence entre le sujet et l’arrière-plan, qui met ainsi le sujet en valeur ?

Le bokeh est un terme japonais qui qualifie la qualité de flou d’arrière-plan d’une photographie. Cela se traduit donc en général par une faible profondeur de champs, créant ainsi cette différence entre le premier-plan et l’arrière-plan. C’est un effet très recherché au jour d’aujourd’hui depuis l’accessibilité des appareils photo de type “reflex”. Les reflexs ayant des grands capteurs et permettant de changer d’objectif à souhait, les bokehs sont faciles à réaliser.

Le bokeh est atteint en jouant sur plusieurs facteurs :

  • L’ouverture du diaphragme
  • La distance entre l’objectif et le sujet
  • La distance entre le sujet et l’arrière-plan
  • La taille du capteur
  • La longueur de la focale
  • La qualité de l’objectif

Toutes ces paramètres ont un rôle prépondérant dans la qualité du bokeh, c’est ce que nous allons voir plus en détail ici !

Comment faire un bokeh : ouvrir grand

L’ouverture est le paramètre qui vient le plus vite à l’esprit lorsque l’on parle de bokeh ! On va dire que c’est celui qui a l’influence la plus forte et directe sur ce que nous recherchons. En ouvrant grand l’objectif (f/ petit), nous allons réduire la profondeur de champs. Ainsi que ce beau flou d’arrière-plan que nous voulons.

En fermant l’objectif (f/ grand), la totalité de la photo sera nette, on aura une grande profondeur de champs. Donc pas de bokeh dans des conditions “normales”. Je dis “normal” car en fonction des autres paramètres, poussés éventuellement à l’extrême, on pourrait obtenir un bokeh si on le voulait. Comme par ex, avec un téléobjectif, se rapprocher très près d’un sujet très petit et ce, en shootant à f/8.

Donc à retenir qu’il faut une grande ouverture pour obtenir un bokeh, ce sera notre première base ! Quand je dis grande ouverture, je pense à des valeurs comme : f/1.2, f/1.4, f/2, f/2.8, en gros.

comment faire un bokeh 

Première photo, prise à f/2.8 et deuxième photo à f/8. L’arrière-plan est bien plus flouté dans la première photo !

La distance entre l’objectif et le sujet (à même longueur focale)

Un autre point à prendre en considération est la distance entre l’objectif et le sujet. Je m’explique : plus vous serez proche de votre sujet avec votre appareil, et plus le bokeh sera prononcé. Au contraire, plus vous serez éloigné de votre sujet avec l’appareil, et moins le bokeh sera prononcé.

Admettons que vous shootiez une fleur avec un 100mm. En se mettant à un mètre de cette fleur et en ouvrant disons à f/2.8, vous aurez un profondeur très réduite et ainsi un bokeh très prononcé. Au contraire, si vous faites toujours la même mise au point sur la fleur, mais à trois mètres cette fois-ci, votre bokeh sera bien moins prononcé. Et ce, dû à la distance entre l’appareil/focale et le sujet.

Donc concrètement en photo de portrait, si vous faites un portrait de type “gros plan”, vous un arrière-plan bien plus facilement flouté que si vous faites un portrait de type “plein pied”.

Par contre, comme indiqué dans le sous-titre, cela n’est vrai qu’à même longueur focale. Car si vous gardez la même distance entre l’objectif et l’appareil, mais que la focale n’est pas la même, tout ce que je viens de dire précédent n’est pas à prendre en considération. Avec les mêmes réglages, la focale la plus longue permettra d’obtenir le bokeh le plus prononcé.

 

La première photo prise à 75mm et à f/2.8 à quelques centimètres. La deuxième photo prise avec les mêmes paramètres mais à un peu plus d’un mètre.

La distance entre le sujet et l’arrière-plan

Autre facteur à prendre en compte pour réaliser un bokeh est la distance entre le sujet et l’arrière-plan. C’est un facteur qui joue grandement dans la réussite de votre bokeh. Disons que vous prenez un modèle avec comme arrière-plan un bon gros buisson. Et bien, si la distance entre les deux est très réduite (le modèle collé au buisson), le buisson sera net ou quasiment net, il n’y aura donc pas de bokeh présent.

Au contraire, en détachant votre sujet de votre arrière-plan, le sujet sera bien mis en valeur et le buisson sera ici bien flou, il y aura donc un beau bokeh. Il faut donc retenir qu’il faut éloigner votre modèle de votre arrière-plan.

Petite astuce au passage, essayer de trouver un arrière-plan contrasté ou qui permet de bien le différencier du sujet. Ceci donnera plus d’intérêt à la photo, la rendant plus intéressante et rendant également l’effet du bokeh meilleur.

comment faire un bokeh réaliser un bokeh

Les deux photos sont prises à f/2.8 et à 75mm. Dans la première photo, l’arrière-plan est collé au sujet, dans la deuxième, il est éloigné de quelques centimètres.

La taille du capteur

Autre élément, et pas des moindres, la taille du capteur. La taille du capteur a donc également un gros rôle à jouer dans l’obtention d’un beau bokeh. Pour faire simple, plus votre capteur est de grande taille, plus vous allez facilement réaliser un bokeh bien prononcé.

Au contraire, plus le capteur est petit, plus il sera difficile de réaliser un bokeh. Autant dire qu’avec un compact, c’est quasiment impossible à faire. Idem pour les téléphones portables, si vous voyez des bokehs réalisés par ces derniers, il s’agit en général d’un effet que les téléphones récents ont. Mais techniquement ce n’est pas possible. D’ailleurs, il suffit de zoomer assez fort pour voir que l’effet est faux, le flou est mal démarqué et pas naturel.

Mais que vous ayez un plein format, un APS-C ou un micro 4/3, vous pourrez réaliser de beaux bokehs sans soucis. Toutefois, le plein format tire nettement son avantage de par son grand capteur. On dit également en général que les plein format permettent des bokehs de bien meilleure qualité. Ce dernier étant mieux réparti sur l’ensemble de l’image.

La longueur de la focale

Encore un autre paramètre dans tout cela, la longueur de la focale. Celui-ci est également très important. Effectivement, le bokeh n’aura tout simplement rien à voir si vous shootez à 28mm que si vous shootez à 200mm.

Ce qu’il faut retenir, c’est que plus la focale est longue et plus le bokeh sera prononcé. Au contraire, plus la longueur est faible et moins le bokeh sera prononcé.

Ainsi, il sera donc bien plus facile de flouter l’arrière-plan en utilisant des téléobjectifs (100mm, 200mm, 300mm). Par contre, si vous aimez l’effet obtenu avec un 28mm ou un 35mm pour tout un tas de raison, il sera bien plus compliqué d’obtenir un beau bokeh. Il faudra dans ces cas-là une très grande ouverture. L’ouverture est tout de même un paramètre plus “puissant” que la longueur focale. Ainsi, les objectifs fixes sont ce qu’il y a de plus adéquats pour réaliser de beaux bokehs, et ce grâce à leur grande ouverture.

 

Les deux photos sont prises à ouverture f/2.8, la première photo est prise à 28mm, la deuxième à 75mm.

La qualité de l’objectif pour un meilleur bokeh

Je dirais que ce paramètre rentre le moins en ligne de compte pour l’intensité du bokeh obtenu. Cependant, il a tout à fait son rôle à jouer au niveau de l’impression générale que l’on va avoir du bokeh. Il va jouer plutôt sur l’harmonie du bokeh, par rapport aux yeux du spectateur. La petite chose en plus que fait la différence.

Ce qu’il faut en gros retenir, c’est que plus le nombre de lamelles est élevée, plus le bokeh sera de bonne qualité. Autre point donc en faveur des objectifs fixes, qui sont ici avantagés face aux zooms. De base, les objectifs fixes en contiennent plus que les zooms. De plus, toutes les lamelles sont concentrées sur une seule longueur focale, alors que sur un zoom, elles le sont sur toute la plage focale.

Les objectifs de série L de chez Canon (en dehors de l’aspect technique qui est excellent) ont cette petite “chose” en plus qui les rendent uniques et dont le bokeh est tout juste inégalable !

La qualité de l’objectif, bien que moins important que les autres critères, a tout de même sa place dans cet article. Si l’on prend le 85mm f/1.8 et le 85mm f/1.2, et que l’on fait exactement la même photo avec les mêmes conditions, à ouverture égale, le résultat sera bien meilleur pour le deuxième. Et ce, en raison de la qualité bien supérieure de ce dernier. Le bokeh aura un certain charme, sera plus piqué également, les contours seront plus nets. L’effet entre le net et le flou de meilleure qualité, etc.

Donc, comment faire un bokeh ?

Pour résumer l’article, réaliser un bokeh n’est pas du tout compliqué, il faut juste connaitre les techniques à réaliser. Donc, il faudra :

  • Avoir une grande ouverture (f/ petit)
  • Avoir une longue focale
  • Avoir un capteur de grande taille
  • Se rapprocher du sujet avec notre appareil
  • Détacher le sujet de l’arrière-plan

Donc pour conclure, nous pouvons dire qu’il y un grand nombres d’éléments qui rentrent en compte pour la bonne réalisation d’un bokeh. Celui-ci est quelque chose de très recherché au jour d’aujourd’hui avec l’accessibilité des reflexs et des grands capteurs de manière générale. Je dirais donc que la première chose à prendre en considération. Ceci étant pour obtenir facilement un bokeh marqué est d’ouvrir grand son objectif. Ainsi, le sujet sera mis en valeur facilement.

Toujours dans le technique, plus votre capteur sera grand et plus le bokeh sera facilement obtenu. A privilégier également une focale longue. Après moins dans le côté technique, il faut faire attention à bien éloigner le sujet de l’arrière-plan pour qu’il puisse bien s’en détacher, si possible également un arrière-plan intéressant. N’hésitez pas non plus à me suivre sur Youtube si vous voulez en savoir plus ! Voila, j’espère que cet article vous aura aider à mieux comprendre ce qui est lié à tout ceci et comment réaliser un bokeh. Et nous nous retrouvons dans un prochain article, à bientôt 🙂 🙂