Comment prendre des photos en basse lumière ?

Comment prendre des photos en basse lumière ? Les conditions dans la vie ne sont pas toujours des plus favorables. Parfois, nous avons très peu de lumière, parfois trop de lumière avec un soleil ultra brillant qui nous aveugle complètement. Cela n’est pas toujours évident de gérer la lumière. Vous pouvez d’ailleurs consulter mon article sur comment prendre des photos en plein soleil, disons que c’est toujours bon de le savoir.

Qu’est-ce qui fait que les conditions soient mauvaises ? En général, cela se produit surtout par mauvais temps, par temps nuageux/ombragé. Les jours où le beau temps n’est pas au rendez-vous en quelque sorte. De même, et surtout d’ailleurs, quand vous êtes en intérieur. Cela est bien plus fréquent que les conditions soient difficiles en intérieur qu’en extérieur. Car mine de rien, le soleil est une source lumineuse ultra puissante, même si ce dernier est caché par des nuages. Il est donc difficile par ex en pleine journée d’être à plus de 800 ISO. Après cela dépend également de l’endroit où vous vous trouvez. Vous avez bien plus de chance d’avoir des ISO élevés dans des sous-bois plutôt que sur une place bien aérée.

Dans cet article, je vais vous partager quelques astuces pour palier à ce problème de luminosité. L’article va rejoindre un peu les articles que j’ai pu faire auparavant sur le triangle d’exposition car il y a un lien direct entre tout ceci !

 

L’ouverture

basse lumière

Bien évidemment, premier paramètre à prendre en compte et surtout un des plus facile à modifier. Normalement, vous devez savoir si vous avez lu mes précédents articles, que l’ouverture est un paramètre qui permet de faire entrer plus ou moins une certaine quantité de lumière dans l’objectif. Ainsi, plus la valeur f/ sera petite, plus l’ouverture sera grande et plus cela sera adapté en situation de basse lumière. Au contraire, plus le f/ sera grand, moins l’ouverture sera grande et plus cela risque d’être compliqué pour vous en basse lumière.

Il est donc vivement conseillé, lorsque vous sentez que vous allez être un peu bloqué au niveau de la luminosité, d’augmenter son ouverture. Personnellement, je suis toujours à des ouvertures élevées. Cela est en priorité dû au fait que j’aime les beaux bokehs, mais dans le même temps cela permet de gérer les situations en basse lumière. Si vous faites de la photo de concert par ex, je vous conseille d’être dans des ouvertures telles que f/2 f/2.8, par-là. Cela vous aidera grandement à palier à ce problème-là.

 

Les ISO

Deuxième solution à notre problème : Les ISO. La sensibilité ISO est un paramètre qui joue sur la sensibilité du capteur à la lumière. Effectivement, plus ce dernier aura une valeur faible (100 par ex) et moins le capteur sera sensible à la lumière. Et plus la valeur sera élevée et plus le capteur sera sensible à la lumière. Cela veut donc dire que si vous mettez vos ISO sur la valeur 100, il faudra, ou du moins il sera préférable d’avoir des bonnes conditions de lumière. Car sinon, vous risquez d’avoir des problèmes, et sûrement un flou de bougé si vous ne savez pas trop régler les paramètres de l’appareil.

Donc si vous êtes en condition de basse lumière, les ISO tout comme l’ouverture, est un paramètre à régler très rapidement. Soit vous les laissez en automatique ou soit vous les augmentez en fonction de vos besoins. En extérieur, avec 400 ISO vous êtes normalement plutôt tranquille si vous avez une grande ouverture. En intérieur, il faut bien compter sur 800 ISO facilement car les conditions ne sont souvent pas top.

Tout ceci sert en vérité à ne pas avoir un flou de bougé. Cela dépend de quel mode vous utilisez mais si vous êtes sur un mode priorité ouverture par ex, et que vous régler l’ouverture (normal) mais également les ISO manuellement, il faut bien jeter un oeil à votre vitesse d’obturation. Il est facile d’avoir un flou de bougé si cela est mal réglé donc attention !

 

La vitesse d’obturation

Donc justement, nous y voila ! L’idée en photographie est d’avoir une vitesse d’obturation supérieure à la longueur de la focale. Par ex pour un 100mm, il convient d’avoir une vitesse d’au moins 1/100s (sur plein format). Car si vous êtes sur APS-C ou micro 4/3, il faudra multiplier par le coefficient. Ce dernier est de 1.5 pour Nikon, 1.6 pour Canon, et de 2 pour les micro 4/3. Donc respectivement 1/150s, 1/160s et 1/200s.

Voila, donc il faut donc que ayez une vitesse d’obturation suffisamment élevée pour éviter ce fameux flou de bougé. En extérieur, vous avez relativement peu de chance d’avoir ce type de problème, surtout si vous avez un objectif avec une grande ouverture et en plus si la luminosité est bien là. Vous avez également deux autres possibilités pour palier au problème, et ce lié à la vitesse. Vous pouvez utilisez des objectifs stabilisés et vous pouvez utilisez un trépied.

Les objectifs stabilisés vous seront d’une grande utilité en photo basse lumière. Ils permettront de multiplier par quatre la vitesse d’obturation classique. C’est à dire que si vous avez un objectif non stabilisé et qu’à ISO et ouvertures fixées, vous avez une vitesse de 1/20s, eh bien avec l’objectif stabilisé, vous aurez une vitesse de 1/80s, ce qui est très pratique. Ils seront donc bien adaptés pour les photos en intérieur, en photo de concert, par mauvais temps, etc.

Le trépied vous permettra quoiqu’il arrive d’avoir une photo nette, que vous fassiez une photo à 1/2000s ou a 30s, vous aurez une photo nette avec un trépied. A part si votre trépied n’est pas stable, est léger ou que que vous fassiez vibrer votre matériel en le touchant. C’est pour cela qu’on recommande d’utiliser des commandes à distance pour éviter ce genre de vibration. Par contre entre nous, faire une photo à 1/2000s avec un trépied ne sert à rien. L’idée est d’utiliser le trépied pour les photos que vous ne pouvez pas faire à main levée. Donc en général à partir des photos à 1/30s, 1/20s, là ca commence à devenir juste.

 

Les modes à privilégier pour les photos en basse lumière

Pour ce faire, vous ne devez certainement pas utiliser le mode automatique. Je recommande d’utiliser soit le mode priorité ouverture soit le mode priorité vitesse. Vous n’êtes pas obligé d’utiliser le mode manuel, celui-ci je le recommande pour les photos où vous utilisez des flashs et sources lumineuses artificielles. Sinon voila, les deux modes semi-automatiques feront l’affaire.

En mode priorité ouverture, vous pourrez éventuellement régler vos ISO si vous le souhaitez mais c’est surtout l’ouverture que vous pourrez modifier à votre guise. Pour les photos à basse lumière, les grandes ouvertures seront donc les bienvenues, donc à mettre la valeur au minimum.

En mode priorité vitesse, vous pourrez régler éventuellement vos ISO manuellement aussi mais l’idée est plutôt de jouer sur la vitesse. Il conviendra d’avoir des vitesses d’obturation assez basse pour faire entrer le plus de lumière dans le capteur. Grâce au trépied, vous pourrez arriver à des résultats qui vous surprendront !

 

Voila, j’espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre comment vous pouvez jouer sur les différents paramètres pour prendre vos photos en basse lumière. En soi, ce n’est pas si dur, il faut juste bien maîtriser son appareil et faire en fonction de chaque situation. Car chaque situation est unique ! Voila, et nous nous retrouvons bientôt pour un nouvel article, à bientôt 😛 😛

Laisser un commentaire