Comment gérer les situations à fort contraste ?

Comment gérer les photos qui à fort contraste ? C’est une question que l’on se pose assez souvent lorsque l’on débute. Effectivement, au début on se retrouve facilement avec un ciel complètement blanc et un premier blanc tout sombre. C’est quelque chose d’assez classique lorsque l’on ne maîtrise pas vraiment son appareil dans les débuts.

Ce qu’il faut savoir, c’est que dès lors qu’il y a une luminosité forte (avec présence du soleil généralement), il va falloir faire attention à comment prendre les photos. Si vous prenez vos photos juste en face du soleil, le contraste sera énorme, la lumière très dure. Quoiqu’il arrive, il vaut toujours mieux éviter de prendre des photos avec le soleil en face, cependant plusieurs techniques existent pour palier au problème du contraste.

 

L’œil humain et le contraste

Pour comprendre tout cela, il faut savoir que le capteur de votre appareil ne voit pas comme notre œil à nous. Dans une situation à fort contraste, notre œil va voir un ciel bien bleu et les bâtiments qui seront bien éclairés. Le capteur de l’appareil photo (même les hauts de gamme) ne sont pas aussi forts sur ce point précis que nos yeux à nous. C’est pour cela qu’il est plus difficile pour les capteurs de gérer ce genre de situations.

 

La correction d’exposition

J’avais déjà fait un article où j’en parlais plus en détail mais clairement cette méthode est un peu premier moyen pour palier à ce problème de contraste. Avec la correction d’exposition de votre appareil, vous allez décaler votre histogramme d’un côté afin d’éclaircir ou assombrir votre photo. En fait, dès lors de la prise de vue, vous récupérer du détail, ce qui est très important. Pour un ciel trop clair, vous sous-exposez votre photo (-1 IL par ex), et pour un premier plan trop sombre, vous le surexposez (comme 1 IL par ex).

L’inconvénient de cela est que ca va sous-exposer ou surexposer l’intégralité de votre photo. Ce qui n’est pas non plus le top. Mais ceci peut se retoucher en post-traitement et au moins, vous aurez récupérer du détail là où il y avait un problème et c’est l’essentiel ! Encore une fois, il est bien évidemment conseillé de shooter en RAW afin d’avoir le plus de flexibilité possible. Vous pouvez tout de même shooter en JPEG car vous aurez déjà plus de détails dès la prise de vue, mais le RAW reste quand même ce qu’il y a de mieux.

 

Le HDR

Le HDR est un terme pour désigner le fait de prendre en photo un scène avec un forte dynamique d’image. C’est-à-dire que vous allez vous retrouver avec une dynamique plus étendue que ce que peut votre capteur normalement. Et ce, justement en prenant des photos de la même scène mais différemment exposées.

Le HDR est déjà un peu plus poussé que la correction d’exposition, tout simplement par le fait que cela se fait en minimum trois photos. Vous pouvez en faire plus si vous voulez, mais attention aux photos irréalistes après ! Le principe du HDR est de combiner plusieurs photos qui ont des expositions différentes.

En général, vous prenez une photo sous-exposée, une exposée correctement et une surexposée. Il est bien évidemment conseillé d’utiliser un trépied afin d’avoir exactement les mêmes prises de vue (sans décalage). Il faudra ensuite fusionner les photos et cela vous donnera un résultat avec une forte dynamique d’image ! En général, il est conseillé d’y aller par palier de 1 IL, mais vous pouvez de même le faire par palier de 2 IL, à tester en fonction de votre scène et de votre appareil.

Cependant, une fois les photos fusionnées, il ne faut pas automatiquement vous arrêter là. Personnellement, je tâtonne avec les curseurs sur Lightroom pour voir comment je peux encore améliorer ma photo ainsi que la luminosité afin que cela paraisse naturel.

La plupart des logiciels vous permette de fusionner vos photos : Lightroom, CameraRAW, Luminar, etc !

 

Le filtre gradué

Alors je ne pourrai pas vous aiguiller comme le font certains sur ce sujet pour la simple et bonne raison que je n’en ai jamais possédé. Cependant, à travers les avis d’amis photographes et de vidéos que j’ai pu voir, le filtre gradué est un bon moyen de régler certains problèmes de contraste dès la prise de vue, ce qui est très intéressant. Effectivement, la case retouche n’est pas obligatoire, même si bien évidemment conseillée pour enjoliver votre photo !

Vous avez des filtres qui se présentent comme des filtres du type ND, UV, etc. C’est-à-dire ronds et se vissant directement sur l’objectif que vous utilisez. Et vous avez également des filtres gradués de forme carré où vous avez besoin d’un support pour l’utiliser. Le trépied sera alors là indispensable que vous puissiez utiliser le filtre carré.

Le filtre gradué dès la prise de vue, assombri le ciel et laisse la terre tranquille, le premier plan quoi ! Je veux dire par-là que le filtre est gris sur la partie haute et reste transparent sur la partie du bas. D’où l’assombrissement du ciel. Il existe bien entendu un dégradé entre le gris et le transparent afin que cela paraisse plus naturel, rassurez-vous ! C’est un peu ce que l’on fait en fait sur Lightroom en baissant les hautes lumières et en augmentant les ombres dans les réglages de base.

Le résultat est très naturel avec ce type de procédé et permet d’avoir quelque chose d’intéressant dès la prise de vue.

Ne pas négliger la retouche

Personnellement, je vais vous avouer c’est ce que je fais. Tout d’abord, il faut bien évidemment prendre vos photos sous format RAW afin d’avoir la plus grande latitude possible. En JPEG, qui est un format destructif, vous allez perdre en qualité au fur et à mesure de votre retouche, ce qui n’est pas top.

Ensuite, les curseurs qui feront vraiment la différence (sur Lightroom) vont être :

  • l’exposition
  • les hautes lumières
  • les ombres

 

Comme vous devez savoir, l’exposition est tout simplement le niveau de luminosité qu’à votre photo. Vous pouvez assombrir votre photo ou bien l’éclaircir.

Le curseur des hautes lumières est très intéressant. Il permet de récupérer un nombre fou de détails dans les parties les plus lumineuses de l’image (généralement le ciel). Vous allez voir directement que lorsque vous le mettez à -100, le ciel blanc disparaîtra et laissera place à un ciel plus bleu avec des nuages bien distingués. C’est un curseur très important.

Le curseur des ombres vous permettra de récupérer du détail dans les ombres, les parties noires de l’image. Ainsi, vous allez pouvoir déboucher ces ombres pour qu’elles sont plus claires.

Cependant, attention. Le curseur des hautes lumières et celui des ombres n’est pas à mettre respectivement à -100 et 100 en photo de portrait. Vous allez vous retrouver avec un résultat complètement irréaliste et assez horrible, il faut le dire ! Pas tant pour celui des hautes lumières, mais plutôt pour celui des ombres. Effectivement, les cheveux, les yeux, la peau seront complètement clairs, et ne feront pas du tout naturels.

Mais il n’y a aucun problème pour le faire en photo de paysage, vous pouvez y aller plus fort sur les curseurs. Cela donne un look HDR à la photo, et ce avec une seul photo. Les résultats sont en général très bon. Pour le ciel, vous pouvez également ajouter un filtre gradué avec une sous-exposition pour récupérer encore plus de détails dans ce dernier !

Un petit ex d’une photo très contrastée de base, et après retouche voila comment on peut récupérer du détail !

Voila, j’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair à propos des situations à fort contraste. Normalement, avec ces quelques techniques, vous devriez pouvoir vous en sortir et ne plus avoir de ciel tout blanc ! A bientôt 😛 😛

Laisser un commentaire